À l’Ouest du nouveau ? Un témoignage

On apprend que la Métropole Rouen Normandie intervient sur la piste cyclable de l’avenue Bicheray entre les quais rive droite et la commune de Canteleu. Un prolongement est à l’étude.
Nous en profitons pour publier le superbe témoignage éclairant d’une « vélotafeuse » sur le trajet Canteleu<>Rouen !

[…] Les cyclistes qui ont pour habitude de circuler devant le MIN, entre les quais rive droite et la commune de Canteleu, auront bientôt une bonne surprise: des travaux de réfection sont actuellement en cours et dureront plusieurs jours, en fonction des aléas météorologiques.

Une fois ces travaux terminés, une jonction entre la piste existante et celle du quai Gustave Flaubert à Canteleu sera réalisée si les études actuellement en cours confirment son tracé. C’est par le boulevard de l’Ouest que devraient se faire la jonction avec un aménagement qualitatif assurant la circulation des cyclistes et leur permettant, à terme, de longer la Seine par sa rive droite depuis Saint-Pierre-de-Manneville jusqu’à Belbeuf.
[…]

Sabine aurait aimé avoir ces informations en amont, et regrette donc le manque de concertation sur ce projet.
La concertation est le meilleur moyen de faire des économies de deniers publics, et un vecteur de dynamisation de la citoyenneté, deux objectifs actuels des collectivités locales qui semblent l’avoir oublié alors que Sabine est volontaire pour aider …

En lien avec cet axe (qui est fait aussi parti de la V33), voici le témoignage du parcours d’Agathe, combattante du plateau Ouest qui effectue 15 kms chaque jour, entre Canteleu et le centre de Rouen. Car circuler à vélo à Rouen n’est pas toujours chose aisée. Mais quand on habite sur un plateau, les accès pour entrer et sortir de la ville posent problème aux cyclistes qui s’aventurent dans ces « no man’s lands ». Son récit :

« Cycliste régulière domicile-travail depuis des années sur du plat, j’ai déménagé à Canteleu il y a peu. J’ai tenté, dans un premier temps les transports en commun : problème de retard, de TEOR qui ne passe pas du tout, moins de sport, plus régulièrement malade, et surtout en manque de vélo, je n’ai pas longtemps résisté à reprendre un vélo ! Mais voilà, la côte de Canteleu fait peur (70 km/h très peu respecté en plus…) ! J’ai donc décidé de prendre un vélo pliant pour descendre/monter la côte en TEOR. Je vous laisse imaginer que c’était également insatisfaisant. En plus des contraintes citées plus haut, il n’était parfois pas très aisé d’entrer dans un TEOR blindé, et être dépendant des horaires (surtout d’été : moins de TEOR) n’était pas du tout une solution à long terme… J’ai donc décidé de tester la remontée vers Canteleu mais par un autre chemin un peu moins fréquenté (la côte de Croisset) avec un VTC… Trop de dénivelé, vélo trop lourd, en bref, trop dur pour moi ! J’ai donc tenté le VAE (vélo à assistance électrique) et là : beaucoup moins d’effort et que du bonheur ! Enfin, que du bonheur, c’est à relativiser car quand on rencontre des fous du volants, forcément, c’est un peu moins le bonheur… Quand on rencontre des difficultés pour circuler, c’est un peu moins le bonheur…

Prenons par exemple le parcours Canteleu-Rouen. Arrivée au feu de l’intersection Chemin de Croisset, Avenue Bernard Bicheray quand le feu est vert, j’ai priorité sur les automobilistes arrivant de la rue Samuel Lecoeur, mais plusieurs fois on a tenté de m’écraser contre le trottoir, avec l’excuse : “pas vue”. J’ai une lampe phare que l’on ne peut pas rater… Que faire contre ces automobilistes qui ne sont pas concentrés sur leur conduite ?

J’arrive ensuite sur une piste cyclable sur trottoir. Ce genre de piste cyclable n’est intéressant que lorsque peu de piétons l’empruntent. Ici, c’est le cas la plupart du temps (sauf pour la foire et autre événement du côté des Docks). Par contre, la piste manque souvent d’entretien même si ces derniers temps, le ramassage de déchets a été plus régulier. En été, on a souvent une voie en moins du fait de la végétation envahissante. Enfin, la sortie de piste est quelque peu chaotique puisque cette piste se termine par un passage piéton !

Il va de soi que même s’il est vert pour les piétons, nous pouvons rêver qu’un automobiliste s’arrête pour nous laisser passer ! Les urbanistes pensent-ils que le cycliste va descendre de son vélo à chaque intersection ? Pour information, ma vitesse est souvent à au moins 15-20 km/h voir plus par beau temps…

Passé cette intersection j’ai pris l’habitude de prendre le quai Ferdinand de Lesseps. Il a été ajouté de minis dos d’âne comme celui-ci suite à la fin des travaux de rénovation de la chaussée :

Sauf que sur cette capture, on voit clairement qu’une roue de vélo passe sur les côtés pour éviter de glisser en hiver, ou pour éviter les fortes vibrations rencontrées en passant sur le dos d’âne mais sur les nouveaux, impossible de passer à côté !!

Arrivée près du Panorama, j’aurais éventuellement envie de rejoindre l’avenue Pasteur mais :

Encore une fois, rien n’est fait pour le cycliste…à moins de descendre de vélo…

Je continue donc sur le quai…

Ici juste en dessous du Pont Guillaume le Conquérant, les cyclistes doivent emprunter une piste cyclable… Bon en tant que touriste, ce n’est pas facile à voir…

Ici donc, pour atteindre la piste, il faut passer par le trottoir :

J’ai eu plusieurs fois des remarques de piétons alors que je ne les gênais pas, que je roulais au pas et que j’avais la même légitimité d’être là qu’eux !

Et là c’est parti pour le super chemin alambiqué :

Pour atteindre une piste où les piétons ont à peine la place pour passer (souvent des poubelles gênent les piétons, les tables de bars, les automobilistes qui se garent en plein milieu) !

Passons maintenant au sens inverse, au parcours Rouen-Canteleu. Sans reprendre les éléments de l’aller qui sont valables pour le retour, un endroit est particulièrement problématique : la fin de la piste cyclable :

Je suis en contre-sens et je n’ai aucun moyen de reprendre la circulation dans l’autre sens : aucun feu spécial cycliste pour lui permettre de traverser cette grande avenue ! Selon les penseurs, il faudrait : descendre de son vélo, attendre le feu vert piétons, traverser la première partie, attendre le feu vert pour traverser la seconde partie et remonter sur son vélo pour continuer sa route.

A-t-on déjà vu un automobiliste descendre de sa voiture, la pousser pour passer un passage piétons et remonter ensuite dedans pour continuer sa route ? En général, selon mon point de vue, une piste en contre-sens qui ne permet pas facilement de se réintégrer dans la circulation est un échec ! Pourquoi ne pas avoir fait la piste des deux côtés ? Par facilité ? Quoi qu’il en soit, à terme, la facilité ne paie pas !

Malgré les différents problèmes rencontrés sur mon parcours quotidien, je persiste et signe : le vélo c’est l’avenir, rien ni personne ne pourra me faire prendre ma voiture pour aller travailler, pour aller chercher mon pain, pour aller faire du sport… En fait, il ne me manque plus qu’un vélo cargo pour le transport de courses et autres objets lourds sur une distance de moins de 15 km (plus si affinités!)! A vos dons ! 🙂 « 

Ce trajet permet de mettre bien en évidence le manque de continuité des aménagements cyclables sur cet axe, eux-même bien souvent pas pensés par et pour des cyclistes. Précisons qu’à l’Ouest, au-delà de Rouen, il n’existe aucun aménagement cyclable pour rejoindre Canteleu, ni aucun panneau indiquant la présence de cyclistes sur les routes, qu’il s’agisse de la côte de Canteleu ou de la côte de Croisset.

Si vous aussi avez envie de nous raconter votre trajet métropolitain (urbain et/ou périphérique), nous nous ferons un plaisir de le relayer ici !  A vos claviers !

N’hésitez pas non plus à signaler les point noirs sur votre trajet pour compléter la carte « Rouen, piège à cycliste » !