« Danger grave et imminent » : lignes Teor déviées

Le mardi 10 mai 2016 au matin, le CHSCT de la TCAR dévie les TEOR du centre ville de Rouen jusqu’à nouvel aviss en raison d’un « danger grave et imminent », problème « lié à la présence de cyclistes sur la plateforme Teor » … la suite avec la revue de presse ci-dessous

pn

Paris-Normandie 10/05 :

À Rouen, les voies du Teor de nouveau déviées
Tcar. Depuis hier matin, les trois lignes du Teor sont déviées dans le centre-ville. Les cyclistes sont une nouvelle fois mis en cause.
«En raison d’un problème lié à la présence de cyclistes sur la plateforme Teor, les lignes T1,T2,T3 sont déviées dans les deux sens par les quais hauts rive droite jusqu’à nouvel avis », voici en substance ce que la TCAR expliquait hier matin sur son site internet aux usagers du Teor.
Une nouvelle fois (c’était déjà le cas en janvier dernier), les conducteurs ont décidé d’emprunter les lignes de bus des quais hauts rive droite pour protester contre la présence de cyclistes sur les voies qui leurs sont en principe réservées.
[…]
Ces derniers jours, explique la TCAR, le CHSCT (comité d’hygiène et de sécurité) de l’entreprise a réalisé plusieurs contrôles sur les voies et « la présence de camions, voitures, rollers, cyclistes… a été relevée. Estimant qu’il y a de nouveau une situation de « danger grave et imminent », la décision a été prise de ne plus circuler jusqu’à nouvel ordre sur les voies Teor, entre les stations Théâtre des arts et Martainville. »
[…]

Normandie-Actu 11/05 :

« Nous avons lancé de nouvelles alertes la semaine dernière, du faits de la présence importante de vélos, scooters, rollers, indique à Normandie-actu, un membre du CHSCT. Cela créé des risques importants, pour la sécurité. Nous attendons des actes concrets de la Ville de Rouen et de la Métropole Rouen Normandie. Nous demandons à ce que des contrôles sur les plateformes réservées aux Teor soient effectués, et que les cyclistes soient sensibilisés aux dangers. Il ne faut pas attendre qu’il y ait un drame pour cela. »
[…]
À la Ville de Rouen, selon l’adjoint Jean-Loup Gervaise (en charge de la tranquillité publique, les foires et marchés, les systèmes d’information), ce sujet est désormais un « non-sujet ». Il précise : « Pendant plusieurs mois, une campagne de sensibilisation a été menée, en direction des cyclistes. Cette phase est terminée, puisque depuis mars 2016, la police municipale verbalise les contrevenants. Mais aujourd’hui, force est de constater que très peu de procès-verbaux concernent les cyclistes. Désormais, ils sont très peu nombreux sur les voies de Teor, ce qui n’a pas toujours été le cas, effectivement, par le passé. La création de la voie cyclable sur les quais rive droite, notamment, a offert un nouvel itinéraire. En tout cas je ne peux laisser dire que la police municipale ne fait pas son travail : elle le fait de manière très professionnelle, et avec discernement. » […]

 

Communiqué de presse de la Métropole Rouen Normandie du 10 mai (pdf) : « La Métropole Rouen Normandie déplore fortement les déviations des TEOR dans le centre ville de Rouen »

Paris-Normandie 11/05 :

La police municipale de Rouen s’engage à renforcer sa présence sur les voies Teor
Les chauffeurs des Teor pourraient dès ce matin cesser de dévier les bus sur les quais pour peu qu’ils aient reçu l’assurance d’une concertation.
Les voies Teor, en centre-ville, hier encore étaient vides de bus et donc toutes disponibles pour les vélos, les rollers, les gyropodes… Tous ces engins roulants qui bravent l’interdiction d’y circuler et sont donc à l’origine du coup de gueule des chauffeurs de la TCAR. Mardi, en signe de protestation, comme en janvier dernier, ils ont décidé de dévier les lignes T1, T2 et T3 sur les quais rive droite. Histoire de rouvrir le débat. Et il semble qu’un petit pas a été franchi hier, allant dans le simple bon sens.
Au terme de divers échanges, la Ville de Rouen, via sa police municipale, s’est ainsi engagée à renforcer sa vigilance sur les voies Teor, notamment entre les stations Théâtre des arts et Place Saint-Marc. L’engagement écrit a « satisfait » la CGT. Pour reprendre la circulation sur les voies Teor, en site propre, les chauffeurs indiquaient alors ne plus attendre que la tenue d’une table ronde réunissant l’ensemble des protagonistes (Métropole, Ville, associations de cyclistes et TCAR). En milieu d’après-midi, la Ville de Rouen disait ne pas avoir été saisie de cette demande. Adjointe en charge de la mobilité, Céline Millet en disait tout autant. Comme personne ne semble s’y opposer, la réunion devrait donc avoir lieu… reste juste à envoyer le mail d’invitation.
[…]

France 3 Normandie 11/05 :

[…] Le torchon brûle depuis plusieurs mois entre les chauffeurs de bus et les utilisateurs des véhicules divers qui emprutent illicitement les voies TEOR qui leur sont pourtant interdites. Les cyclistes, qui bénéficiaient jusqu’à l’année dernière d’une tolérance de circulation sur le site, sont particulièrement visés.
Les chauffeurs – qui continuent de dénoncer l’accès illicite et dangereux de cette voie par les véhicules indésirables – demandent une nouvelle fois qu’une solution soit trouvée.
[…]
Reportage de Bérangère Dunglas et Olivier Flavien avec les interviews de :
– David Courtial, secrétaire adjoint CHSCT Astuce
– Christelle Cubaud, adhérente association Sabine

 

Tendance-Ouest 10/05 :

[…] La situation semble tout de même avancer, la Métropole assurant que « des réflexions sont en cours pour mettre en place des solutions à même d’améliorer les circulations cyclables sur l’axe Est-Ouest en centre-ville, notamment dans la rue aux Ours, en complément de la voie cyclable aménagée sur les quais hauts rive droite ». Quant aux deux-roues, ils demandent également des aménagements de la place Saint-Marc jusqu’à la rue du Général Leclerc, un axe qu’il est aujourd’hui impossible d’emprunter en bicyclette.
[…]

> Toute l’historique de ce dossier sur cette page <