Archives par étiquette : plateaux-est

La fête du vélo avec Sabine : bilan

La fête du vélo, qui a eu lieu du 2 au 5 juin, a connu un véritable succès auprès des cyclistes de la métropole. Conférence, bourse aux vélos, atelier réparation, chasse au trésor et balade pique-nique ont attiré des publics divers et variés qui avaient néanmoins le vélo comme point commun. Tour d’horizon de ces différents événements organisés par l’association Sabine (et tous les acteurs du vélo de l’agglo) et qui ont jalonné ce week-end de Pentecôte.

Les assises du vélo (vendredi soir) :

Véritable coup d’envoi de cette fête du vélo 2017 et introduite par Cyrille Moreau, une conférence, animée par Olivier Razemon le vendredi 2 juin en soirée à l’auditorium du musée des Beaux Arts, s’est déroulée autour de 2 tables rondes : « Métropole Rouen Normandie, objectif vélo » puis « Ma petite entreprise à vélo ». Beaucoup de questions dans le public auxquelles tous les intervenants, dont 2 membres de Sabine, ont apporté des réponses les plus claires possibles.

On retiendra également les interventions éclairantes et encourageantes de Jean-Baptiste Gernet, adjoint aux nouvelles mobilités à Strasbourg et de Frederik Depoorterre, en charge de la politique cyclable pour la région de Bruxelles-capitale  ainsi la vision affutée des enjeux,  un peu « pessimiste », de Sylvie Banoun, déléguée interministérielle pour le développement de la marche et du vélo.

Jean-Baptiste Gernet, Frederik Depoorterre, Sylvie Banoun et Guillaume Grima

Bourse aux vélos (samedi) :

6ème édition de la bourse aux vélos organisée par Sabine. Cette année, elle a eu lieu rue Jeanne d’Arc (fermée à la circulation automobile dans sa partie centrale), au milieu des stands de tous les acteurs locaux du vélo, avec l’aide de la Métropole et Guidoline. Malgré l’espace d’exposition un peu « juste », sur les 37 vélos déposés, 25 ont été vendus, soit 67 % des vélos déposés sur notre stand. Un record ! Les prix s’échelonnaient entre 20 et 350 €. Plusieurs demandes pour renouveler plus souvent ces dépôts/ventes nous ont été faite.

Continuer la lecture

Balade à vélo et pique-nique – Lundi 5 juin

En ce lundi 5 juin (férié) et dans le cadre de la fête du vélo 2017, Sabine vous emmène en balade sur le plateau Est   !

Rendez-vous place de l’Hôtel de Ville à Rouen à 10h30. Départ 11h.

Balade d’environ 30 km dans la métropole vers les plateaux Est. Dénivelé d’environ 170 m (ça monte un peu, mais il s’agit de pentes douces ;-). Un vélo avec des vitesses est néanmoins fortement recommandé pour faciliter la montée jusqu’au Panorama de la Corniche par le Mont Gargan… et avec des freins en état pour la descente !
Ci-dessous le trajet (sous réserve de modification) Continuer la lecture

le témoignage de Stéphanie, cycliste du plateau Est

Les témoignages continuent de nous parvenir chez Sabine ! Aujourd’hui, le parcours pas toujours semé de roses de Stéphanie, qui a pourtant décidé de nous le raconter de manière positive et de nous expliquer les raisons pour lesquelles elle opte pour le vélo dès qu’elle le peut :

J’habite dans un village du plateau Est, qui fait partie de Métropole Rouen Normandie et travaille dans un commerce dans le centre ville de Rouen. Mes horaires un peu décalés me permettent d’éviter les heures de pointe et le trafic routier qui va avec, quelque soit le mode de déplacement que je choisis. Je prends majoritairement mon VAE (j’ai aussi un vélo de trekking quand je suis moins pressée) pour me rendre de mon domicile à mon commerce, donc principalement de fin mars à fin octobre car l’heure d’hiver m’oblige à rentrer de nuit et à circuler sur des départementales non éclairées où la vitesse limitée à 70 ou 90 km/h me met en danger. L’autre danger, c’est de croiser les animaux sauvages type sangliers ou renards, dès la corniche à Bonsecours.

J’ai essayé les transports en commun mais ma commune n’est desservie que par le système Filor. Le matin, c’est tout à fait possible de l’utiliser. En revanche, le soir, le service se termine trop tôt pour moi donc je ne peux pas rentrer chez moi… J’ai néanmoins testé ce système pendant plusieurs semaines en quittant mon magasin un quart d’heure plus tôt, ce qui est impossible à longueur d’année, et mes temps de trajets en Filor + F5 sont allés de 40 minutes à 1h30 puisque Filor n’attend pas si le bus est en retard… J’ai abandonné ce système rapidement car incompatible avec mon métier.

Continuer la lecture