Voies TEOR

Cohabitation difficile entre vélos et TEOR sur la plateforme. Sabine veut des solutions concrètes, notamment sur l’axe Giraud/Leclerc/Alsace Lorraine, ainsi que l’arrêt des verbalisations.

Historique des actions et réactions :

interdit

[…] la Métropole a décidé officiellement d’autoriser, « dès l’ouverture de la T4, la circulation des vélos sur toutes les voies Teor en centre-ville. D’ici là, certains carrefours vont devoir être aménagés, notamment de feux tricolores pour les bus afin de permettre aux cyclistes de circuler en toute sécurité ».
Il était, en effet, difficile de concevoir que la Métropole puisse envisager que les vélos circulent sur certaines voies Teor, mais pas sur d’autres (notre édition du 17 mai 2018).
Frédéric Sanchez tient toutefois à modérer son propos : « les vélos seront autorisés mais pas encouragés. Il y a d’autres lieux de circulation prévus pour eux, plus paisibles. »
On imagine très bien – comme le soulignent les associations Sabine et Effet de serre toi-même (voir ici)– les difficultés de cohabitation qui pourraient intervenir aux heures de pointe. Le risque de conflit est certain entre les teors et des vélos « cargos » ou des cyclistes avec enfants.

Au Conseil de la Métropole du 25 juin, suite à une réaction de Dominique Gambier (Maire de Déville-lès-Rouen) sur le blog de l’élu  et rapportée par Paris-Normandie (« Voies Teor partagées avec les vélos à Rouen : ça grince déjà au conseil de la Métropole « ), des précisions de F. Sanchez :

« « J’ai appris dans notre quotidien régional que la Métropole avait décidé d’autoriser la circulation des vélos sur toutes les voies Teor en centre-ville [de Rouen, NDLR] », s’étonne Gambier Dominique, le maire macroniste de Déville-lès-Rouen. Une décision effective à partir de la mise en service de la T4 dans un an. Loin d’adhérer à l’idée, à cause d’une « mise en danger des cyclistes » et de la « dégradation du transport en commun » avec une régularité plus difficile à tenir, le maire ne comprend pas la démarche du président Sanchez. Une « décision prise sans réunir les maires des communes traversées par Teor, étonnante car chacun comprend que modifier la circulation dans le cœur du réseau modifie la circulation sur l’ensemble du réseau ! »
Qui plus est, cette volte-face sur la question créera un appel d’air, prédit Dominique Gambier. « Plus aucun argument ne permettra maintenant d’empêcher l’ouverture des voies Teor aux taxis, aux ambulances, aux scooters. »
« Nous en avions parlé lors de la conférence métropolitaine des maires, rappelle Frederic Sanchez. On poursuivra la réflexion cet automne », promet-il. Le président se veut rassurant sur les différents points soulevés par Dominique Gambier, notamment la gestion des feux donnant la priorité aux Teor. « Il s’agira de réviser quelques carrefours de l’hypercentre comme on a pu le faire rue Grand-Pont [en supprimant le feu tricolore, NDLR]. » Les Teor seront-ils autorisés à dépasser les vélos ou devront-ils se traîner derrière, questionne également le maire de Déville-lès-Rouen ? « Vu la fréquentation [en hypercentre] je serai surpris que les Teor dépassent actuellement les 30 km/h », rétorque Frédéric Sanchez, sans répondre vraiment à la question. Car tous les vélos ne filent pas à cette vitesse…
Et les chauffeurs opposés de longue date à la cohabitation avec les vélos ? Le président de la Métropole se montre confiant. Interrogé dernièrement, l’un d’entre eux nous rappelait le plus grand danger pour les Teor : « Les vélos ». Hier matin, un autre chauffeur, questionné sur cette annonce, prédisait : « Ça va cartonner. C’est à se demander s’ils réfléchissent là-haut. »

  • Mai 2015. TEOR et les vélos, sujet qui date de la création du TEOR et qui ressort ces derniers jours suite notamment au CHSCT de la TCAR. Voici l’avis de SABINE sur le sujet.

mai 2015 – TEOR et les vélos à Rouen