Archives mensuelles : février 2019

Les cyclistes peuvent maintenant emprunter légalement les voies Teor en centre-ville.

Depuis ce lundi 25 février 2019, et ceci uniquement entre la rue Saint-Eloi (à l’angle du quai du Havre) jusqu’au bout de la rue Martainville (à l’angle du boulevard Gambetta) .

Seuls les vélos sont autorisés sur une partie de la plateforme TEOR : taxis et autres divers engins de mobilité individuelle (trottinettes, roues….) en sont exclus.
Cette autorisation mérite des modifications de signalisation. Pour faciliter la conduite des conducteurs de TEOR au niveau des arrêts, des lignes blanches médianes ont été ajoutées pour signaler aux cyclistes l’interdiction de doubler le TEOR.

Ligne blanche à la station Théâtre des Arts

Les pictogrammes « interdit aux vélos » ont été enlevés, et la Métropole désactive progressivement les feux spécifiques aux intersections (en les masquant, dans un premier temps) et doit traiter les raccordements aux aménagements cyclables : un marquage au sol complétera la signalisation verticale de manière à bien signifier aux vélos qu’ils doivent sortir de la plateforme à St-Eloi (piste quais haut) et à Martainville (piste bd Gambetta).
Le Double sens cyclable rue Alsace Lorraine est maintenu.

Cette décision à été prise par la métropole en accord avec les chauffeurs de la TCAR/élus CHSCT. La Métropole souhaite faciliter les déplacements des cyclistes sans altérer les conditions de conduites des chauffeurs de TEOR. De ce fait elle autorise aujourd’hui les cyclistes à circuler sur la plateforme TEOR sans toutefois les y inciter : elle n’a donc pas prévu de communiquer sur cette action.
C’est une expérimentation. Le point sera fait en mai. Dans l’attente n’hésitez pas à nous remonter les éventuels incidents et suggestions .

dans la presse : « En centre-ville de Rouen, les vélos de nouveau admis sur les voies de Teor » à lire dans 76ctu
« Le but n’est pas d’emprunter les voies du Teor à tout bout de champ, assure […] l’association Sabine. Circuler avec les bus n’est pas idéal en matière de sécurité, mais pour certains trajets, et avec la proximité des commerces, cela va faciliter la vie des cyclistes. »
Le retour en grâce des vélos sur cette plateforme marque un tournant, après trois ans d’actions et d’échanges parfois tendus. « Enfin les cycliste ne vont plus être stigmatisés et verbalisés ! »

D’autres précisions de la ville de Rouen :

Continuer la lecture

Retour sur l’action train+vélo à Caen

Forte mobilisation des associations cyclistes et des médias en ce samedi 23 février à Caen pour demander davantage de places pour les vélos dans les trains. La lettre de Sabine envoyée le 18 octobre 2018 au président de région était restée sans réponse; les Dérailleurs de Bayeux avaient décidé de remettre un nouveau courrier co-signé par 13 associations (dont Sabine) au Conseil Régional de Caen.

Rassemblement des vélos devant la gare de Caen
Rassemblement des vélos devant la gare de Caen

Rendez-vous était donc pris à 14h ce samedi à la gare de Caen pour aller, à vélo, jusqu’au siège du Conseil Régional à l’Abbaye aux Dames. 3 membres de Sabine avaient répondu présents et fait le déplacement en train avec leur vélo évidemment.

Quelques consignes avant le départ…
Quelques mots de l’eurodéputée Karima Delli…
Le cortège entre la gare et le Conseil Régional
DER-action-train-vélo-courrier-Morin


La Région qui, dans un premier temps, n’avait pas prévu de recevoir les représentants des associations a perçu l’intérêt des médias, bien présents lors de cette action et a finalement accepté de recevoir une petite délégation composée de représentants de Dérailleurs (Caen, Bayeux), SABINE (Rouen), MDB (Paris) et Cyclotranseurope (Paris), accompagnée de l’eurodéputée Karima DELLI, en charge des transports et du tourisme, qui a remis le courrier signé par les 13 associations à un conseiller régional de la majorité, Marc MILLET, accompagné d’un membre du cabinet d’Hervé MORIN.

Continuer la lecture

Train+vélo en sursis en Normandie ! Action régionale à Caen le samedi 23 février.

Comme nous, vous êtes certainement attachés à l’intermodalité train + vélo et notamment la possibilité de voyager avec celui-ci non démonté, sans réservation et gratuitement. Cette combinaison de deux modes de déplacements dont l’intérêt écologique et économique n’est plus à démontrer est pourtant menacée ! (Sabine vous en parlait ici)

Les TER circulant depuis Paris et en Normandie disposent d’un nombre d’emplacements variable, en fonction du type de rame. Les Intercités rénovés notamment en version Basse-Normandie offrent quant à eux une capacité de 18 emplacements. Or les trains Corail affectés aux lignes Paris/Rouen/Le Havre et Paris/Caen/ Cherbourg arrivent en fin de vie et doivent êtres progressivement remplacés dès 2020.

Le matériel commandé auprès du constructeur Bombardier par la Région Normandie va t-il répondre à la demande des usagers cyclistes quotidien, et des touristes notamment étrangers ? La réponse est non, car les Omneo Premium normands ne comporteront que … 3 places vélos par rame ! (soit 6 places pour un train complet de 1000 passagers !) On diminue par 6 la capacité d’embarquement des vélos à bord entre Paris et la Normandie !

Inutile d’être voyant pour imaginer les conflits à venir avec le personnel de bord et les voyageurs, les touristes qui resteront à quai faute de place, l’image désastreuse pour le Normandie et les déplacements en train et vélo. C’est incompréhensible pour une région qui mise sur le développement du tourisme à vélo, avec l’Euro Vélo 4, la VéloFrançette, la Véloscenie, la future Seine à Vélo et les nombreuses véloroutes et voies vertes portées par les collectivités. Comment les visiteurs découvriront ces itinéraires ? En voiture + vélo, contraire au tourisme écologique recherché ?

La décision de cette faible capacité vélo a été prise non pas par la SNCF ou Bombardier, mais par les élus du Conseil Régional de Normandie. Il était pourtant possible de demander au constructeur de prévoir davantage d’emplacements : le même matériel en Centre Val de Loire offrira ainsi 9 places vélos par rame, et chez nos voisins des Hauts de France du même bord politique que la Normandie 12 places ! Ce choix regrettable va a contre courant du vote par le Parlement Européen le 15 novembre 2018 d’un amendement spécifiant que tous les trains neufs et rénovés devront disposer de huit emplacements pour les vélos. Même dans l’hypothèse d’une rénovation à mi-vie, les usagers des trains normands devront patienter au moins vingt ans avant d’avoir une capacité suffisante pour les vélos.

Les défenseurs du vélo que nous sommes ne peuvent rester les bras croisés face à cette situation ! Un minimum de 8 places par élément peut-être un bon compromis.
Sabine s’associe bien évidement à cette action et, empruntant un train depuis Rouen avec nos vélos, se joindra au cortège des associations pour déposer une lettre au siège du Conseil Régional de Normandie pour tenter de faire bouger les choses. En présence des associations normandes de défense du vélo, de cyclistes et de Karima DELLI, Présidente de la Commission Transports au Parlement Européen.

Si vous tenez à la possibilité d’emmener votre vélo à bord des trains, venez participer à cette action le samedi 23 février, rendez-vous 14H00 en gare de Caen (sortie Rives de l’Orne).

DER-flyer-action-train-vélo-pdf

pdf

Continuer la lecture