Archives mensuelles : janvier 2018

Modification du projet T4 : Sabine interpelle la préfète

Toute la structure du réaménagement de voirie du projet T4 (particulièrement rive droite) a été modifiée par rapport à la version initiale : la différence majeure entre le projet T4 soumis (et validé par le commissaire enquêteur) à enquête publique et celui qui passera en phase opération en 2018, réside dans la suppression de voies centrales réservées au BHNS et la suppression des aménagements cyclables dans une volonté d’être « moins impactant » sur la place de la voiture…
Ses reculs quasi systématiques du projet sont, pour les cyclistes :

  • la disparition complète des aménagements spécifiques aux cycles.
  • l’illisibilité totale de la place du cycle sur l’espace public.
  • des zones de grands dangers.

 

(exemple : projet initial vs projet modifié, secteur Cauchoise : les voies dédiées vélos disparaissent)

Sabine interpelle donc la préfète au sujet de ces modifications substantielles d’un projet ayant eu, dans sa version soumise à enquête, un avis favorable, courrier que vous trouverez ci-dessous :

[…] Nous voulons attirer votre attention sur le projet de réaménagement des boulevards du centre-ville de Rouen rive droite, lié à l’arrivée de la ligne de bus T4.
L’association Sabine a fourni une contribution accompagnée d’éléments techniques à la Métropole, contribution qui a été versée à l’enquête publique.

Le projet a été déclaré d’utilité publique après avis favorable sans réserve du commissaire enquêteur. Celui-ci a de plus recommandé dans ses conclusions de revenir vers les associations d’usagers, dont la nôtre, pour tenir compte de leurs remarques et “travailler en partenariat”.

Cependant, nous avons récemment pu consulter les plans définitifs du projet et nous nous étonnons vivement que ceux-ci diffèrent très significativement (en quasi-totalité sur le tracé rive droite) de la version sur laquelle l’enquête publique a porté, non seulement concernant les aménagements cyclables, mais d’un point de vue global : toute la structure du réaménagement de voirie a été modifiée par rapport à la version initiale.

Nous vous interpellons sur ces questions précises :

  • est-il conforme à la réglementation et à la jurisprudence de réaliser un projet substantiellement différent de celui qui a été soumis à l’enquête et déclaré d’utilité publique ? De tels amendements majeurs ne devraient-ils pas faire l’objet d’une nouvelle enquête publique et d’une nouvelle DUP ?
  • les aides financières de l’État, prévues pour le projet dans sa version initiale, sont-elles maintenues malgré ces amendements importants qui conduisent notamment à une suppression des aménagements dédiés aux déplacements à vélo ?

Continuer la lecture

Sabine fait le point

Depuis des années les politiques cyclables de notre territoire sont régulièrement critiquées par les usagers de la bicyclette en ville et notamment les aménagements de l’espace public dédiés aux vélo.

En cette année 2018, notre association souhaite présenter ses remarques sur la nouvelle version du projet T4, sur les erreurs et inepties de l’Avenue de Bretagne, de la côte de Canteleu mais aussi profiter de la Cop21 locale pour afficher des projets, à même de faire avancer le confort du déplacement à vélo, outil d’apaisement des déplacements, et d’amélioration de la santé des habitants.

Sabine a présenté mercredi 17 janvier ses contributions à une future politique cyclable et demandes face à des réalités dysfonctionnantes .

Un article de tendance Ouest à lire ici : « Rouen : les cyclistes veulent de meilleurs aménagements »  Continuer la lecture

un témoignage de vélo quotidien : « Je ne me dis jamais que j’aurais mieux fait de venir en voiture. »

Nous essayons de publier régulièrement vos précieux témoignages sur vos trajets quotidiens à vélo (contactez-nous!). Ci-dessous celui des 4km de Nathan, de la rive gauche à la rive droite de Rouen qui propose quelques pistes d’amélioration.

« Depuis mon retour à Rouen pour les études, j’ai décidé que la voiture, c’était fini. Les transports en commun, pourquoi pas, mais pour un trajet de 4km, je peux quand même utiliser mon vélo.
J’ai passé quelques semaines à remplacer des composants couinant de mon vélo de ville à cadre ouvert Raleigh, à l’équiper (et à m’équiper) de tout ce qu’il fallait pour être vu, entendu, au sec et à l’aise pour mon trajet.
J’ai aussi pris un abonnement pour Cy’clic, les vélos en libre-service de la Ville de Rouen. Heureusement, j’habite et j’étudie près de stations, mais il n’y en a pas beaucoup (et seulement à Rouen intramuros). Mon trajet en Cy’clic est presque identique à celui que je suis sur mon vélo personnel.
Je suis prudent, habillé et éclairé comme un sapin de Noël jour comme nuit, procédurier à outrance, mais rien n’y fait, je n’ai jamais un trajet sans collisions manquées ou sans agacement envers les aménagements.
Au début, je me sentais un peu fou, peut-être trop sensible. Puis, j’ai vu sur YouTube ou Twitter (dédicace à Cinquante Euros et CatGirlOnBike) que non, je ne suis pas fou : les aménagements sont peu nombreux, peu pensés, et beaucoup d’usagers manquent de bienveillance. J’ai trouvé l’association Sabine, et j’ai adhéré. J’ai lu les témoignages d’autres cyclistes, et sans grande prétention, ai pensé que les axes que je parcourais si souvent gagneraient à être éclairés par un témoignage.

Assez de préfaces : le temps est venu de tracer mon trajet, un itinéraire élaboré par tâtonnements.
Je démarre dans une rue à sens unique, avec stationnement des deux côtés (aucun arceau vélo, mais comme les cyclistes de mon quartier je rentre ma bicyclette chez moi). La route étant un peu étroite, et n’ayant aucune envie de goûter aux portières ou à me faire dépasser dangereusement, je prends toute la voie.

La plupart du temps, les automobilistes sont sympas. S’ils ne me pressent pas et que je ne suis pas pressé, je me déporte même pour les laisser passer. S’ils me collent et me klaxonnent, par contre…

Arrivé dans une rue à double-sens, je prends encore toute la voie : il y a toujours des autos en stationnement des deux côtés, des carrefours étroits auxquels je préfèrerais être vu, et de toute façon, on a la place de me dépasser sur la gauche.
J’arrive à un des rares « tourne-à-droite » pour cyclistes de mon quartier. J’en profite, même si les véhicules stationnés à moitié sur le trottoir (voir le commentaire ci-dessous) peuvent être assez gênants pour la manœuvre.

Il y a souvent des véhicules stationnés (« arrêtés pour deux minutes », vous diront-ils) pour aller à la pharmacie, au Bar-Tabac, à l’épicerie autour de ce carrefour. Ça gêne notamment les bus, mais pas que. Ce carrefour est fréquemment chargé de véhicules coincés sur le carrefour, ce qui bloque l’intersection.

Je suis maintenant sur une voie réservé aux bus, taxis, et vélos. Je ne la parcours que pour une centaine de mètres, et les autres usagers de cette voie sont plutôt corrects. Continuer la lecture

stationnement et services vélo : du nouveau pour bientôt ?

Un article du journal Paris-Normandie nous confirme le début d’expérimentation pour les box à vélo sécurisés sur le territoire de la Métropole. Le premier (six places, déjà réservées) sera donc est  installé sur le parvis de l’école Graindor, rue du Général-Giraud à Rouen. Il fait suite au sondage pour sa localisation  auprès des futurs utilisateurs du service en juillet-août en partenariat avec Guidoline, qui devait être gestionnaire de celui-ci.

 

Cyrille Moreau, élu en charge du dossier à la Métropole Rouen Normandie, apporte d’autres précisions et éléments :

[il] s’attend à ce que l’expérimentation, gratuite jusqu’en juillet, suscite des envies. « Au fur et à mesure que des usagers potentiels seront identifiés, nous installerons des box. » Aux cyclistes intéressés de se faire connaître. Les élus seront alors informés sur la gestion de l’équipement et son entretien.

En février, la Métropole lancera alors un marché pour l’achat de ces box, sachant qu’une demi-douzaine de fabricants sont susceptibles d’y répondre. La location des places pourra s’apparenter aux abonnements « résidentiels » proposés aux automobilistes rouennais. Et, selon la volonté de la Métropole, la gestion, assurée par un tiers, sera financée par les loyers (non fixés). Un service d’entretien pourrait aussi être associé à la location des box. La collectivité travaille aussi à la possibilité de faire une place au vélo dans les parkings sous-terrains de la ville. Elle prévoit encore l’installation d’un mobilier urbain comme des « pieds de réparation », des pompes à air et une nouvelle génération d’arceaux : « 130 seront installés cet hiver » Continuer la lecture

Conférence à Rouen avec Frédéric Héran : l’évaporation du trafic routier

Les associations Effet de Serre Toi Même et Sabine vous invitent, le jeudi 18 janvier à 19h, à venir rencontrer un chercheur en mobilité, Frédéric Héran, qui abordera un aspect très important du trafic routier : l’évaporation !

Concept scientifique tout ce qu’il y a de sérieux, il explique bien comment la majeure partie des croyances sur le trafic routier sont fausses :
« Si on ferme une route, on va créer des embouteillages sur la route d’à côté…. »
« Si on ne crée pas de route, on n’enlèvera pas les embouteillages…. »

A travers l’exemple de la fermeture du pont Mathilde, Frédéric Héran nous présentera ses principaux enseignements en matière d’évolution du trafic.

Il sera alors temps de débattre autour des propositions de nos deux associations pour améliorer les mobilités durables en améliorant la qualité de l’air et en réduisant les émissions de gaz à effet de serre !

[maj 19/01/2018] Frédéric Héran nous a autorisé à mettre à disposition les visuels de sa conférence passionnante d’hier soir « Moins d’infrastructures routières, report ou évaporation du trafic ? » ici

Continuer la lecture